Carpo, déesse de l’automne

Dans la mythologie grecque, quatre belles déesses, les Heures célestes, régissent les saisons. Parmi elles, Carpo règne sur l’automne et assure la fructification. Bien au-delà de cette période entre l’été et l’hiver, son empreinte s’étend sur notre langage.

Automne Carpo

Contrairement aux Heures terrestres, filles de Zeus organisant la vie humaine, les Heures célestes, plus anciennes, descendent d’Ouranos, le Ciel, et de Gaïa, la Terre. Elles assurent l’ordre de la nature. Ainsi, Auxo s’occupe du printemps et de la croissance des végétaux. L’été et la floraison reviennent à Thallo, suivie de Carpo pour l’automne et la fructification. La dernière, Hora, représente l’hiver.

Ces déesses se distinguent par leur beauté. Après une blessure infligée par son fils, le titan Cronos, Ouranos s’exile au ciel et fomente sa vengeance. Il envoie les Heures pour séduire leur frère et l’assassiner. Cependant, le piège d’Ouranos se retourne contre lui : Hora tombe amoureuse de Cronos, représentation du Temps, bientôt suivie par ses trois autres sœurs.

Lorsque le Titan tombe face à son fils Zeus, les Heures rejoignent le camp du vainqueur. Le nouveau Roi des dieux leur confie le soin de veiller sur son palais et d’ouvrir et de fermer la porte céleste, c’est-à-dire d’écarter ou de rapprocher l’épais nuage situé au-dessus du mont Olympe. C’est en particulier Carpo qui occupe cette fonction et garde un œil sur le chemin menant à la demeure des divinités.

autumn-3186876_960_720

Carpo assiste également Perséphone, la déesse de la germination devenue Reine des Enfers, Héra, l’épouse de Zeus, ou encore Aphrodite, la déesse de l’amour et de la beauté. Elle-même gracieuse, Carpo n’a rien à envier à ces déesses. Elle porte une tunique aux tons de la feuille de vigne sous une draperie, couleur de sang, référence au vin nouveau. Une couronne de grappes de raisins et de pampre, branche de vigne avec ses feuilles, ses vrilles et ses fruits, sublime ses cheveux roux. Son lien avec la vigne la rapproche de Dionysos, dieu du vin, dont elle est une compagne.

Dans ses mains, la déesse automnale, responsable des récoltes et vénérée par les agriculteurs, transporte un panier rempli de fruits. D’ailleurs, son nom signifie « fruit ». Il constitue l’origine de mots entrés dans notre langage comme la carpologie, science qui étudie les fruits et les graines, le carpophage, un pigeon frugivore ou encore le carpelle, pièce florale qui constitue l’organe femelle des plantes. Un satellite de la planète Jupiter (Zeus, en latin) porte le nom de Carpo.

Automne 1

Le petit +

En alchimie, l’automne correspond au temps de maturation du Grand œuvre, c’est-à-dire à la réalisation de la pierre philosophale, substance capable notamment de changer le plomb en or. La déesse Carpo symbolise de même la maturation.


Sources :

  • Dictionnaire universel de mythologie ancienne et moderne de Jacques Migne, 1855
  • Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Arts et des Métiers de Denis Diderot et Jean le Rond d’Alembert, 1772
  • Mythologie pittoresque de Joseph Odolant-Desnos, 1839

Crédits images :

  • La déesse de l’automne, illustration de Ravven, en 2013
  • Avenue de l’automne de jplenio sur Pixabay
  • Feuille d’automne sur un banc, photographie personnelle prise le 08 octobre 2018
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s