Janus : dieu aux deux visages

Mystérieux, Janus demeure une des plus anciennes divinités romaines. Aucune autre mythologie ne fait référence à ce dieu aux deux visages. Il veille sur les portes qui prennent bien des formes.

Janus-dieu

Autrefois, Janus régnait sur l’Italie. Il y accueillit Saturne, titan du temps, exilé du ciel par son fils Jupiter. Pour le remercier, le dieu banni lui fit don de la prudence et de la connaissance du passé et de l’avenir. Janus utilisa ses nouveaux pouvoirs pour protéger les foyers avec des portes, des serrures et des clés. Le lituus, un bâton augural à l’extrémité recourbée, concentre ses capacités de voyance.

Dieu romain des portes, Janus surveille à la fois les entrées et les sorties d’où son double visage. Sa fonction se révèle plus complexe qu’il n’y paraît. Ainsi, son vieux visage barbu se tourne vers le passé, la terre et endure le solstice d’hiver. Son jeune visage, au contraire, regarde le futur, le ciel et s’illumine du solstice d’été.

La clef est l’attribut principal de Janus. Avec les Heures romaines, nymphes des saisons, il garde les portes célestes. D’ailleurs, il est parfois affublé de quatre faces qui représentent les saisons. Le nombre 65 figure au creux de sa main gauche. Dans celle de droite, c’est le nombre 300 qui s’y trouve. Le tout correspond aux jours de l’année.

Très vite, Janus symbolise les commencements : le début du jour, de l’année… Il donne son nom au premier mois, januarius, qui deviendra janvier. Puis, les Januales, dédiées au dieu, se fêtent le premier janvier. Amis et parents s’y offrent des étrennes sous la forme de feuilles de laurier ou de figues sèches. Janus reçoit, en offrande, un gâteau nommé janual. Son double visage suggère qu’il est également le dieu des fins.

dieu-JanusJanus séduit plusieurs nymphes comme Carna. Rusée, celle-ci échappe à ses prétendants en les amenant dans une grotte d’où elle se sauve à la faveur de l’obscurité. Avec sa double vision, Janus comprend son stratagème et la rattrape. La nymphe, qui avait fait vœu de chasteté, cède à la divinité.

Pour la remercier, Janus lui offre le pouvoir sur les gonds des portes. Loin de se contenter de ce rôle, Carna devient une puissante déesse. Elle prend soin des mortels en protégeant leurs organes vitaux et en leur procurant du bien-être. Elle vieille sur le sommeil des nouveau-nés en repoussant les attaques des Stryges, des démons femelles ailés.

Érigées aux portes des villes, des arches à quatre faces servaient de sanctuaires à Janus. Son temple principal se caractérisait par l’ouverture de ses portes en temps de guerre et leur fermeture lors de la paix.

Le petit +

Janus est qualifié de biphormis, c’est-à-dire d’une forme qui appartient à deux natures différentes ou avec deux visages. Les Centaures ou le Minotaure sont aussi des êtres biphormis.


Sources :

  • Dictionnaire de la mythologie grecque et latine de Gilles Lambert & Roland Harari, 2000
  • Dictionnaire des Mythologies de Myriam Philibert, 1997
  • Dictionnaire mythologique universel d’E. Jacobi, 1863
  • Dictionnaire abrégé de la Fable pour l’intelligence des poètes de Pierre Chompré, 1837
Publicités

Un commentaire sur “Janus : dieu aux deux visages

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s