Belzébuth : prince des démons

Belzébuth, surnommé « prince des démons », demeure l’un des sept princes de l’enfer. Bien avant ce statut infernal, il apparaît comme une divinité oraculaire chez le peuple des Accaronites. Son image s’associe à celle des mouches dont il est le maître. Mais il revêt bien des apparences et se joue des humains comme des démons, et même de Satan !

Belzébuth-prince-démons

Seigneur des mouches

C’est en Syrie, tout d’abord, que se déploie le culte de Belzébuth. Les Accaronites, habitants d’Accaron, cité de Chanaan (ancien nom de la Palestine) lui consacrent un temple et l’honorent comme une divinité. Ils lui offrent des sacrifices sur des tombeaux.

Belzébuth-seigneur-mouches
Belzébuth apparaît parfois sous la forme d’une mouche gigantesque (par Dresmiel).

Réputé pour rendre des oracles, le dieu syrien possède le pouvoir de chasser les mouches et ainsi de préserver les moissons. Il obtient naturellement le titre de seigneur des mouches. De plus, son sanctuaire est dépourvu de ces petites bêtes, car elles s’empêtrent sur sa statue sanglante. En latin, son nom signifie « seigneur de tout ce qui vole ». Les peuples de Chanaan le représentent parfois sous l’apparence de cet insecte volant.

Mais celui qu’on appelait autrefois Beelzebuth revêt différentes formes comme celles d’un veau monstrueux, d’un bouc à longue queue ou d’un chameau. Il se métamorphose même en une femme séduisante allant jusqu’à adopter une nouvelle identité : la voluptueuse Biondetta. Celle-ci se révèle un succube, un démon femelle nocturne qui s’unit aux hommes.

En l’an 897 avant J.-C., Ochosias, le roi d’Israël, ordonne à son armée de consulter Belzébuth, après s’être fracassé le corps en tombant d’une fenêtre. Dieu envoie l’un de ses partisans, Élie, avertir la troupe royale que puisse qu’Ochosias préfère s’en remettre à une autre divinité que celle d’Israël, il vivra cloué dans son lit et y mourra. À cette nouvelle, le roi charge son capitaine et ses cinquante hommes d’arrêter le prophète. Mais sous les prières d’Élie, un feu tombe du ciel et décime les orgueilleux. Un second commandant intervient et meurt de la même façon. Le troisième supplie l’envoyé de Dieu d’épargner sa vie, ce qu’il fait. Il se rend avec lui au chevet du roi et lui confirme son trépas prochain en raison de son impiété. Ochosias décède un an plus tard.

Lieutenant de Satan et démon de la gourmandise

Belzébuth-démon
Belzébuth est un démon de l’enfer.

Les doutes sur la véracité des prophéties données par Belzébuth s’accumulent. Issu de la première hiérarchie des mauvais anges, il finit par révéler son vrai visage, celui d’un démon. Il possède deux grandes cornes et des ailes de chauve-souris. De plus, un bandeau enflammé ceint son front et ses yeux étincellent de mal. Sous la colère, il hurle comme un loup et vomit des flammes. Deux longues pattes de canard, une queue de lion et des poils complètent ce portrait monstrueux.

Démon de la gourmandise, l’un des sept péchés capitaux, Belzébuth pousse les mortels à la tentation. D’ailleurs, il présente parfois un visage bouffi pour souligner cette fonction. Il réside en enfer où il devient le bras droit de Satan. Mais très vite, il se montre bien plus fourbe que son chef et lance une révolte contre lui. Il fonde l’ordre de la Mouche, décoration pour honorer les créatures les plus viles.

Prince des démons

D’une taille prodigieuse, Belzébuth règne sur une partie de l’empire infernal du haut de son immense trône et s’oppose à Satan. Le grand-duc Astaroth, sous l’apparence d’un âne, l’assiste parfois. Le démon Nysrock est son cuisinier personnel. Sur Terre, un sorcier du nom de Moreau le représente.

Surnommé le prince des démons, Belzébuth appartient au rang des sept princes de l’enfer avec Asmodée, Azazel, Belphégor, Dispater, Mammon et Méphistophélès. Notons que, dans le royaume infernal, les princes possèdent beaucoup plus de pouvoirs que les rois.

Récapitulatif des caractéristiques du démon Belzébuth

  • Fonctions : divinité oraculaire des Accaronites, seigneur des mouches, fondateur de l’ordre de la Mouche, démon du péché de gourmandise, prince infernal.
  • Etymologie : « seigneur de tout ce qui vole ».
  • Pouvoirs : repousser les mouches, changer d’apparence, inciter à la gourmandise.
  • Attributs : la mouche et le bandeau de feu.
  • Autres noms : Belzebut, Beelzebuth, Biondetta.

Sources :

  • Dictionnaire du diable, des démons et des sorciers de Pierre Ripert, 2012.
  • Dictionnaire des sciences occultes de Jacques Collin de Plancy, 1846.
  • Biographie universelle ou Dictionnaire historique des hommes qui se sont fait un nom par leur génie, leurs talents, leurs erreurs ou leurs crimes de François de Feller, 1847.
  • Dictionnaire historique, critique ou bibliographique, contenant les vies des hommes illustres, célèbres ou fameux de tous les pays et de tous les siècles de Louis Chaudon, 1823.
  • Exorcismes, possession : le combat face au démon de Stéphane Cacheux, 2015.
  • Dictionnaire de démonologie occidentale de Marie d’Ange, 2018.

Publicités

Moloch, le démon vénéré

Moloch, dont le nom signifie « Roi », demeure une divinité discrète. Cela n’empêche par ses adorateurs, les Ammonites (un peuple de la Bible) de lui consacrer une terrible offrande. Alors que son culte et son emprise se répandent chez les hommes, Moloch se transforme en démon.

Statua_del_dio_Moloch,_museo_del_cinema_di_Torino

Moloch n’est pas du genre à apparaître dans le monde des humains. Qu’importe, les Ammonites ont construit une grande statue de bronze à l’effigie de leur dieu. Assis sur un trône de métal, Moloch possède une tête de veau surmontée d’une couronne.

Cette statue sert également de réceptacle sacrificiel. En effet, les Ammonites vouent une fidélité à toute épreuve à Moloch. La divinité de bronze tend ainsi les bras pour recevoir des enfants en sacrifice. À l’intérieur de la construction, les prêtres allumaient un feu pour immoler les victimes. Des tambours et d’autres instruments couvraient les cris de ces pauvres innocents.

Idol_Moloch

Bientôt, l’immonde culte de Moloch se répand chez les Carthaginois, les Phéniciens et les Moabites. Même le sage roi Salomon se laisse séduire et érige à temple en son honneur, dans la vallée d’Ennon dans l’aire sacrée de Tophet, en Tunisie. D’ailleurs, le nom Tophet provient de Toph qui signifie « tambour » et rappelle le rituel sacrificiel.

Le culte de Moloch atteint toute son horreur lors du siège subit par les Carthaginois, en 300 avant J.-C. Croyant en une punition du dieu, ils brûlèrent 200 enfants entre les mains de son icône. Le siège se prolongeant, ils pensèrent avoir commis une erreur en ne consumant que des descendants de familles modestes. Pour obtenir le pardon, 300 Carthaginois offrirent leur vie à Moloch, en s’immolant à leur tour.

Dieu de la fatalité, Moloch prend le titre de « prince du pays des larmes« . Il accède au rang de démon en siégeant au conseil infernal. Grâce à ses dons de séduction, il poussa de nombreux mortels à se sacrifier en son nom.


Sources :

  • Dictionnaire infernal de J. Collin de Plancy, 1863
  • Dictionnaire du diable, des démons et sorciers de Pierre Ripert, 2012
  • Dictionnaire historique, critique, chronologique, géographique et littéral de la Bible d’Augustin Calmet, 1722
  • Dictionnaire illustré des arts divinatoires de Thomas Decker, 1999

Crédit images :

  • Statue de Moloch par Stella, 2017
  • Représentation du sacrifice à Moloch dans Bible Pictures with brief descriptions de Charles Foster, 1897