Sésame, ouvre-toi !

La fameuse formule magique « Sésame, ouvre-toi ! » apparaît dans le conte oriental Ali Baba et les quarante voleurs. Quelle est l’origine de cette expression ? La réponse se cache dans les multiples bienfaits de la graine de sésame. Cette plante du Moyen-Orient prête même son nom à une forteresse antique, rempart d’une cité où les habitants ont mauvaise réputation.

Ali-Baba-Sésame-Ouvre-toi
Ali Baba et les 40 voleurs

Formule magique

Conte des Mille et une Nuits

Pour retarder son exécution, la belle Shéhérazade conte, chaque nuit, une nouvelle histoire au sultan Shahryar. Maligne, elle ne dévoile la fin de ses récits que le lendemain. Le roi, avide de connaître la suite, la garde ainsi en vie. Ali Baba et les quarante voleurs figure parmi les aventures de la conteuse.

C’est en Perse que se déroulent les péripéties d’Ali Baba. Lui et son frère Cassim vivent dans la pauvreté. Ce dernier finit par épouser une femme détentrice d’une boutique de marchandises et devient un riche commerçant. Quant à notre héros, il se marie à une dame aussi peu fortunée que lui et s’improvise bûcheron.

Un jour, il suit quarante brigands chargés d’or et les espionne du haut d’un arbre. Devant un rocher, il entend leur capitaine prononcer une formulation étrange : « Sésame, ouvre-toi !« . Voilà que la pierre bouge et que les bandits pénètrent dans une grotte secrète. Un long moment, l’espion attend de les voir ressortir. « Sésame, ferme-toi ! » prononce le chef de la bande pour refermer la porte dissimulée.

Curieux, le modeste artisan se place devant la roche et récite, à son tour, la formule magique. Le passage dégagé, il découvre des trésors à n’en plus finir. C’est ce qu’on nomme la caverne d’Ali Baba, un endroit qui contient divers objets de valeur.

Lire l’histoire d’Ali Baba et des quarante voleurs

Précieux sésame

Plante-Sésame
Haute tige et fleurs blanches, caractéristiques du sésame

La phrase enchantée de ce conte provient du symbole de fécondité de la graine de sésame qui renferme de multiples bénéfices. De la famille des Pédaliacées, le sesamum indicum (nom latin de cette plante d’origine africaine) présente une tige haute d’un mètre. Ses fleurs blanches se ponctuent de pourpre et ses fruits, sous forme de capsules allongées, abritent d’innombrables semences.

L’espèce orientale se nomme la jugeoline (ou jugoline). Ses petites graines fourmillent d’infinis trésors. Elles se consomment, fournissent de l’huile et de la lumière. Leurs bienfaits se révèlent nombreux au niveau de la santé. Qui d’autre pouvait ouvrir l’entrée de la caverne que ce minuscule amas de richesses ?

Dans le langage courant, le sésame devient un moyen d’accéder à quelque chose. Il s’emploie comme synonyme de mot de passe, par exemple, pour s’introduire dans un lieu clos. Ainsi, posséder le précieux sésame, c’est surmonter tous les obstacles et se faire accepter.

Loi de l’attraction

L’histoire d’Ali rappelle une loi universelle, celle de l’attraction. Son principe part du fait que l’univers se compose d’énergies et celles qui se trouvent similaires s’attirent. Tout ce que l’on pense, dit et accomplit provoque une réponse équivalente. Si vous pensez ainsi manquer toujours d’argent, le monde vous enverra encore plus de pénurie. Si vous vous plaignez, vous recevrez davantage de problèmes.

Au contraire, de bonnes pensées et paroles attireront des miracles. En récitant la phrase magique des voleurs, le héros persan reçoit l’abondance. Alors, pourquoi ne pas adopter ce mantra, Sésame ouvre-toi !, matin et soir, en imaginant tout ce que vous désirez ? Dans tous les cas, il vous faudra répéter la formule régulièrement pour récolter ses cadeaux dans votre vie.

En savoir plus sur la loi d’attraction

Bienfaits du sésame

Alimentation

Le sésame permet de confectionner des gourmandises comme le halva (de l’arabe halwa, « douceur »), confiserie orientale composée de farine, de miel et de fruits secs (amandes, noisettes ou pistaches). Quant au libum, c’est un gâteau de lait destiné aux offrandes à Bacchus, dieu romain du vin (Dionysos chez les Grecs) et aux Lares, esprits protecteurs de la maison. Les graines de sésame fournissent de la farine dont on fait des galettes, de la bouillie…

Différentes variétés de cette plante existent comme le sésame blanc (décortiqué), le sésame noir et le sésame doré. Les graines se consomment natures ou grillées. Elles demeurent une excellente source de calcium. D’autre part, elles facilitent la digestion intestinale, car elles sont riches en fibres. Le pourcentage en protéines n’est pas en reste, idéal pour les végétariens et végétaliens. Une consommation de sésame réduit également le mauvais cholestérol. La sésamine qu’il contient stimule les antioxydants.

Huile de sésame

Huile-sésame
Huile de sésame extraite des graines

Une huile de sésame s’extrait des graines. Autrefois, cette substance grasse se nommait le gergelin (ou gergrelin). Elle s’utilise dans les préparations alimentaires. Ce liquide gras très inflammable sert aussi pour l’éclairage.

Notons que, dans le conte oriental, le chef des voleurs apprend qu’Ali Baba connaît le secret de la grotte aux trésors et se fait passer pour un marchand d’huiles auprès de lui. Dans ses jarres se cachent les autres bandits qui n’attendent que la nuit pour assassiner le héros devenu riche. Heureusement, Morgiane, l’esclave de Cassim, découvre la supercherie et ébouillante les malfrats.

Remède

Déjà, les Égyptiens connaissaient les propriétés miraculeuses du sésame. Les Chinois s’en servaient comme d’un fortifiant traditionnel. Quant aux Perses, ils infusent des fleurs blanches de violettes dans l’huile pour préparer la jasmélée (ou jasme). Cette substance médicinale réchauffe et détend le corps à la sortie du bain.

En raison de leur taille comparable aux grains, les petits os des articulations se qualifient de sésamoïdes.

Sésame, la citadelle

Trompée par son époux, Amastris, reine de la cité grecque d’Héraclée, se retire dans la ville qu’elle a fait bâtir près de la mer Noire et qui porte son nom. Pour se protéger, elle établit une forteresse dans le village voisin baptisé Sésame. Cette histoire présente des similitudes avec le conte des Mille et une Nuits où le sésame demeure la clef pour accéder au royaume de la fortune.

Le territoire d’Amastris se situe dans la Paphlagonie, contrée d’Asie Mineure. Par leur grossièreté et leur méchanceté, le nom des habitants, les Paphlagoniens, devient une injure chez les Grecs. On a peut-être retrouvé là la trace des quarante voleurs !

Récapitulons les principales caractéristiques de la formule magique « Sésame, ouvre-toi ! »

  • Sésame-ouvre-toi-Ali-Baba
  • Apparition : Ali Baba et les quarante voleurs.
  • Fonction : Ouvre l’entrée de la caverne aux mille merveilles des brigands.
  • Origine : la petite graine de sésame renferme de nombreuses richesses.
  • Corrélation : Sésame, citadelle antique de la cité d’Amastris.
  • Aujourd’hui : l’expression « précieux sésame ».

Sources :

  • Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Denis Diderot et Jean le Rond d’Alembert, 1772.
  • Nouveau dictionnaire universel de Maurice le Châtre, 1865-1870.
  • Dictionnaire universel de la langue française de Pierre Boiste, 1823.
  • Dictionnaire des dictionnaires ou Vocabulaire universel et complet de la langue française de Hauman, 1839.
  • Dictionnaire classique de l’antiquité sacrée et profane de Marie Bouillet, 1841.
  • Le grand dictionnaire géographique, historique et critique d’Antoine de La Martiniere, 1768.

Crédits Images :

  • Ali Baba and the Forty Thieves de Rena Xiaxiu, 2016
  • Fleur de Sésame par vrtheblue0 sur Pixabay

 

Publicités

Brizo : déesse grecque de la méridienne, des rêves prophétiques et des pêcheurs

La déesse grecque Brizo veille sur le sommeil et y dispense des rêves prophétiques. Avec elle, se développe la brizomancie, l’art d’interpréter les songes. Sur l’île de Délos, elle se spécialise dans les prédictions destinées à une bonne navigation.

Brizo-déesse-grecque-sommeil-Délos

Divinité songeuse

Brizo tire son nom du grec brizein qui signifie « dormir ». Dans la mythologie grecque, le dieu Hypnos (Sommus, en latin) personnifie le sommeil. Il habite un royaume caché avec sa femme Pasithée, allégorie du repos, et ses mille enfants, les Songes ou Oneirois menés par Morphée.

Protectrice de Délos, Brizo règne plutôt sur la méridienne, sieste du milieu de la journée. Grâce à elle, les nourrissons s’endorment après avoir bu le lait maternel. Dans tous les cas, elle se montre discrète et sa généalogie reste peu connue. Elle est probablement fille des Titans Coéos, l’axe du ciel où tourne les constellations, et Phoebé, la lumière prophétique, et donc sœur d’Astéria et de Léto.

Personnification de la nuit étoilée, Astéria apporte les oracles nocturnes qui s’étudient au travers de l’astrologie et de la nécromancie. Cette dernière pratique consiste à prédire l’avenir par l’invocation des morts. Lorsque Zeus jette son dévolu sur elle, elle se métamorphose en caille. Le roi divin la transforme en rocher alors qu’elle survole la mer Égée. Plus tard, elle émergera des flots pour devenir l’île de Délos où sa sœur Léto accouchera d’Apollon et d’Artémis.

Brizomancie et Oniromancie

nécromancie-brizomancie-oniromancie
Prédire l’avenir grâce à la nécromancie, la brizomancie ou l’oniromancie

La mystérieuse Brizo possède, elle aussi, le don de prophétie. Elle le partage dans l’esprit des êtres endormis. Selon les Anciens, les dieux interviennent dans le repos des humains pour y transmettre des messages. L’interprétation des rêves devient un art divinatoire : la brizomancie (ou brizomance, plus rarement), remplacé par le terme d’oniromancie, du grec oneiros, « songes ». Le brizomancien ou la brizomancienne en est l’interprête. Par ailleurs, la déesse se fera connaître sous le nom de Brizomantis.

Les mortels cherchent ainsi à décrypter les signes oniriques pour prédire l’avenir. Tout un vocabulaire se développe. Un oniromancien ou une oniromancienne pratique cette divination. L’onirologie étudie les rêveries et celui qui l’exerce se nomme un onirologue. L’onirodynie s’emploie en médecine pour un cauchemar douloureux. La clé des songes est un ouvrage qui révèle le sens caché des rêves. Le plus connu demeure l’Onirocriticon d’Artémidore d’Éphèse, écrivain grec.

Protectrice des pêcheurs

Adorée à Délos, qui appartient au groupe des Cyclades, Brizo y protège les pêcheurs. Pour favoriser les voyages maritimes, les Déliennes, habitantes de ce bout de terre, l’honorent avec des offrandes déposées dans des vases en forme de nacelles remplies de nourriture. Seul le poisson n’y figure pas, car c’est l’un de ses attributs. Les Déliens lui consacrent un oracle afin d’obtenir des informations sur la navigation et la pêche.

 

Récapitulons les principales caractéristiques de la déesse Brizo

île-Délos-Brizo
Île de Délos
  • Fonction : déesse de la méridienne, des rêves prophétiques et des pêcheurs.
  • Étymologie : brizen, « dormir ».
  • Parenté : fille de Coéos et de Phoebé. Sœur d’Astéria et de Léto.
  • Attributs : poissons, vases en forme de nacelles.
  • Capacités : don de prophétie.
  • Autres noms : Brizomantis.
  • Culte : Oracle sur l’île de Délos.
  • Aujourd’hui : la brizomancie, devenue l’oniromancie, est l’art d’interpréter les rêves.

Sources :

  • Mythologie pittoresque de Joseph Odelant-Desnos, 1838.
  • L’Antiquité expliquée et représentée en figures de Bernard de Montfaucon, 1719.
  • Arabesques mythologiques ou les Attributs de toutes les divinités de la fable de Caroline du Crest Genlis, 1810.
  • Dictionnaire de Trévoux, 1771.
  • Religions de l’antiquité considérées principalement dans leurs formes symboliques et mythologiques, 1839.
  • Dictionnaire des dictionnaires ou Vocabulaire universel et complet de la langue française de Hauman, 1839.

« Cinq nuances de vies » de Faë Storm

Razab-Bazar

 

Bien le bonjour et bienvenue dans mon Bazar ! Je suis Razab et j’aime dénicher des trésors. Alors venez me rendre visite de temps en temps pour découvrir mes dernières trouvailles !

 

5-nuances-de-vie-Faë-Storm
© 2018-2019 Faë Storm Tous droits réservés

 

Cinq nuances de vies se présente sous la forme d’un recueil de nouvelles fantastiques, écrites par l’auteure franco-libanaise Faë Storm.

« Cinq vies touchées par l’inattendu…
Cinq personnages qui empruntent un chemin magique,
Un recueil de nouvelles fantastiques à découvrir pour un moment de rêve. »

 

 

Razab : Cinq nuances de vies parle beaucoup de la mort… et de la vie qui continue au-delà… Peux-tu nous en dire plus sur son propos ?

Faë : Cinq nuances de vies traite principalement de différentes expériences de vies, mais si la «mort» revient souvent dans mon recueil, cela est dû aussi à ma propre expérience. Le fait que j’ai «perdu» ma famille assez tôt a fait que j’ai commencé à me poser des questions existentielles très tôt aussi. D’après moi, la vie et la mort sont intimement liées. Mais je dis souvent : départ ou transition.

Razab : Pourquoi avoir écrit plusieurs nouvelles sur ce sujet ?

Faë : Au départ, la « mort» n’était pas le sujet principal que je voulais aborder dans mon recueil, mais les différentes nouvelles se sont présentées à moi de cette façon. À l’exception de : nuance d’amertume, qui était déjà écrite, il y a fort longtemps (vers 2001), et que j’ai retravaillée avant la publication. Cette nouvelle est née quand je faisais des recherches sur les procès de sorcellerie et sur l’inquisition.

Razab : À la lecture du titre, on pense tout de suite à 50 nuances de Grey...

Faë : En effet, mais l’érotisme n’est pas mon fort, même si certains de mes textes sont empreints de sensualité.(D’après ce que l’on m’a dit! :D)en fait, le titre résume bien cinq visions de différentes existences.

Razab : Nuance de servitude se déroule dans le futur. La science-fiction est un genre un peu plus éloigné de ton univers habituel composé de fantasy et de merveilleux… D’ailleurs, pourquoi avoir choisi le fantastique pour développer ton univers d’auteure ?

Faë : C’est juste. Nuance de servitude est un thème de science-fiction un peu éloigné de ce que j’ai l’habitude d’écrire. Cependant,la toute première nouvelle que j’ai écrite quand j’avais 16-17 ans était une nouvelle de 80 pages principalement axée sur le contemporain et la science-fiction. Pourquoi avoir choisi le fantastique? Tout simplement parce que c’est mon thème préféré avec la fantasy, et que j’adore écrire ce genre de littérature. Il y a des auteurs qui aiment l’histoire, le contemporain,les romans classiques, pour moi c’est le fantastique ! J’ai une vision assez particulière, qui ne peut que s’exprimer dans le fantastique.

Razab : Malgré la nuance, les personnages semblent prisonniers de leur destin, mais un être spirituel ou une petite voix intervient toujours pour les avertir d’un danger. Tes personnages ont-ils vraiment le choix de suivre un autre chemin ?

Faë : C’est une très bonne question 😀 je pense que mes personnages ont toujours le choix de suivre un autre chemin. Seulement dans ce recueil, ils ont emprunté la voie que j’ai aperçue. Une chose est certaine : les personnages ont leurs propres vies, et dans un roman, ils choisissent souvent un chemin inhabituel (comme dans le quatrième livre de Renaissance… [NDR : Une série fantasy de l’auteure]). Je ne suis que le témoin, le scribe qui retranscrit les évènements se déroulant sur l’écran de ma vision intérieure.

Razab : Dans Nuance musicale, le corbeau n’est pas un oiseau de mauvais augure comme on a tendance à le percevoir. Peux-tu nous en dire plus sur le choix de cet animal dans ton histoire?

Faë : Le corbeau est synonyme de magie, et il est relié à la tradition druidique, celte et nordique. C’est un animal qui me fascine. Et parce que j’aime les légendes nordiques et celtes. De plus, j’ai toujours eu un faible pour les mal-aimés. J’ai toujours voulu comprendre pourquoi les hommes ont tendance à rejeter par simple peur des apparences un être, animal ou humain, qui est différent. Souvent, les monstres ne sont pas ces êtres que l’on juge effrayants ou hideux, mais ils se cachent dans certains êtres que l’on dit lumineux. Ne jamais se fier aux apparences. Là est la devise de Saint Saint-Exupéry: «on ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux». Le corbeau dans Nuance Musicale est lié à la magie du moment que vit le personnage de Quentin. Enfin, les corbeaux sont les compagnons du Dieu Odin, et des anciennes traditions que j’affectionne beaucoup.

Razab : On retrouve souvent la présence de la couleur dans tes titres et univers (Les Terres Bleues, La Porte Bleue, Black Rose et « nuances » ici)…

Faë : Simplement parce que sans couleurs, la vie serait bien triste. La couleur c’est la vie, les vibrations de la vie. Mes univers sont empreints de couleurs parce qu’ils sont vivants. 😀

Razab : Où peut-on lire 5 nuances de vie? Quels sont tes projets après ce recueil de nouvelles ?

Faë : Mes livres sont principalement disponibles sur Amazon. Et pour certains titres sur Kobo. En ce qui concerne mes projets : je n’en parle pas en avance. Tout ce que je peux dire c’est qu’il y aura bien une suite de Renaissance, car mes personnages m’appellent. Mais ce n’est pas tout, et je préfère réserver des surprises à mes lecteurs ! 😉

« Cinq nuances de vies » sur Amazon

Tous les livres de Faë sur Amazon

Site officiel de Faë

Suivre Faë sur Facebook

Suivre Faë sur Twitter

Dessins et peintures digitales de Faë


Borée : Vent grec du Nord

Le dieu grec Borée appartient à une fraternité qui souffle sur le monde. Son royaume s’établit dans les régions froides de la Thrace. Loin d’être isolé, le Vent du Nord y vit avec une princesse. On raconte même qu’au-delà de son territoire se cache un magnifique pays. Quant à la descendance de ce personnage glacial, elle agit elle aussi sur les conditions atmosphériques.

Borée-Orithyie
Borée enlève la princesse Orithyie par Rubens

Famille des vents

Fraternité venteuse

Les Vents, aussi appelés les Anémois, sont issus de l’union d’Astréos, Titan des étoiles, et d’Éos, déesse de l’aurore. Dans la guerre qui oppose les dieux aux Titans (la Titanomachie), Borée et ses frères soufflent sur les divinités menées par Zeus (Jupiter, en latin) qui gagneront cette bataille. Les voilà qui finissent enfermés dans une urne et précipités dans l’Océan alors que leur père se transforme en astre et se trouve attaché aux Cieux.

Mais Zeus, comprenant l’utilité des Vents sur le monde, leur offre un territoire et les place sous son commandement. Borée obtient le Nord. Le Sud revient à Notos, l’Ouest à Zéphyr et l’Est à Euros. Les quatre derniers frères se partagent des espaces moins vastes. Sciron souffle sur le Nord-Ouest, Caecias sur le Nord-Est, Lips sur le Sud-Ouest et Aphéliotès sur le Sud-Est.

La tour des Vents, située à Athènes, représente cette fraternité. Sur chacune de ses faces, un des membres de la famille se tourne vers la contrée céleste où il souffle. Un triton mobile placé au-dessus de l’édifice sert de girouette.

Chez les Romains, Borée devient Aquilon. En littérature, les aquilons désignent les courants d’air violents et froids du Nord. Le mot provient du latin aquilo, « aigle », car ils sont aussi rapides que le roi des oiseaux.

Frères opposés

Zéphyr-Chloris-Botticelli
Zéphyr, frère de Borée, et Chloris par Botticelli

Pour de meilleurs résultats, les Vents s’associent par pairs. Alors que Notos et Euros s’allient, Borée et Zéphyr forment un duo improbable. Le premier demeure brutal et glacial ; le second exprime la douceur et se pare de fleurs. D’ailleurs, dans le langage courant, les zéphyrs sont synonymes de vents agréables.

Mais Borée finit par influencer le comportement de son frère. Après avoir enlevé la princesse d’Athènes, Orithyie, pour en faire sa reine, il pousse Zéphyr à faire de même avec la nymphe Chloris (Flore, en latin).

Découvrir l’histoire de la déesse Chloris

Cependant, le ravisseur du Nord se montre responsable dans sa mission. Achille, lors des funérailles de son ami Patrocle, implore les génies venteux pour raviver le feu du bûcher qui s’éteint. Mais ils ne l’entendent pas. Ils sont occupés dans le palais de Borée, en Thrace, à déguster des mets délicieux. La déesse de l’arc-en-ciel, Iris, intervient et leur expose la requête du héros. Ils s’envolent aussitôt en Asie, pour remplir leur tâche.

Froideur du Nord

L’impétueux Borée réside en Thrace, l’un des pays les plus froids pour les Grecs. Ses ailes lui permettent de se déplacer avec rapidité. Il se couvre parfois d’un manteau et porte des brodequins, chaussures montantes jusqu’à la mi-jambe qui se lacent sur le dessus du pied.

Vieil homme barbu, il possède une conque pour concentrer son souffle. Il donne naissance aux frimas, des brouillards épais qui se glacent en tombant.

Nuances de Borée

Antiborée

Tout comme le dieu romain Janus aux deux visages, Borée présente deux faces. Cette distinction se note à la couleur de sa barbe, tantôt brune, tantôt blonde. Elle symbolise le double courant d’air, le borée et l’antiborée, qui souffle à partir de la Thrace. Pour qualifier un personnage muni de deux figures opposées, les Grecs parlent d’êtres janiformes ou biphormis.

En effet, la divinité aérienne se montre parfois secourable. Lorsque la flotte de Xerxès, roi de Perse, s’approche des côtes grecques, les Athéniens l’invoquent. En réponse, Borée déclenche une tempête qui décime les navires persans. Pour le remercier, le peuple d’Athènes lui érige un temple. Les Boréasmes se célèbrent en son honneur.

Découvrir l’histoire du dieu Janus

Hyperborée

Au-delà du palais du Vent boréal existe un pays surnommé l’Hyperborée. Ses habitants, les Hyperboréens, possèdent une durée de vie de mille ans. La maladie leur demeure étrangère. Quant à l’année, elle ne se répartit pas au rythme des saisons. Le jour s’installe pendant six mois, puis la nuit prend la relève pour les six autres.

Si Borée n’y séjourne pas, certains de ses descendants en ont fait leur patrie. Les Hyperboréades, trois de ses fils géants conçus avec sa fille Chioné, y endossent le rôle de prêtres. Servantes d’Artémis, Hécarge, Loxo et Oupis, nymphes vierges, sont, elles, ses filles. Elles symbolisent la technique du tir à l’arc.

Vent d’amour

Des juments et une princesse

Chevaux-Borée
Les chevaux de Borée sont vifs comme le vent

Le roi d’Athènes, Érichthonios, possède de magnifiques cavales. Quand Borée les aperçoit, il se métamorphose en cheval et engendre douze poulains immortels. Légers comme une plume, ces derniers galopent dans les champs de blé sans laisser de traces. Mieux encore, ils courent sur la surface des eaux. On les surnomme « chevaux de Troie« , car ils devinrent la monture des seigneurs de cette fameuse cité.

Après avoir retrouvé sa forme divine, Borée remarque Orithyie, la princesse athénienne, près d’un ruisseau. Il demande poliment à son père sa main, mais celui-ci la lui refuse. Dans une bourrasque, le dieu mécontent enlève la belle et l’emmène jusqu’en Thrace.

Contre toute attente, la jeune femme se plaît en compagnie de son ravisseur. Elle devient l’oréade des vents froids montagneux. Avec son époux, elle donne naissance à des jumeaux, les Boréades, un autre fils, Haemus et deux filles, Cléopâtre et Chioné.

Pour s’être donné le nom de Zeus et celui d’Héra (Junon, en latin) à sa compagne Rhodope, Haemus se voit transformé en montagne. Chioné règne sur les neiges alors que Cléopâtre épouse le devin Phinée.

Les Boréades

Les jumeaux ailés de Borée, aux cheveux azurés, se nomment Calaïs et Zétès. Comme leur père, leurs pouvoirs se lient à l’atmosphère, mais se combinent avec leur tempérament. Calaïs apporte la douceur par son souffle alors que son frère répand la violence.

Boréades-Phinée-Harpies
Les Boréades délivrent Phinée des Harpies

Tous deux rejoignent l’équipage des Argonautes, un groupe de héros grecs en quête de la Toison d’or. Lors du voyage, leur navire débarque sur les terres de la cité de Salmydesse. Ils y apprennent que le roi Phinée retient prisonnière leur sœur Cléopâtre. Prêts à en découdre, ils trouvent le pauvre seigneur frappé de cécité et harcelé par les Harpies, monstres mi-rapaces, mi-femmes. Malgré leur rancœur, les deux frères se débarrassent des créatures volantes et libèrent leur sœur.

Les jumeaux reprennent leur périple marin, mais se heurtent à Héraclès (Hercule, en latin) sur l’île de Tinos. En effet, ils suggèrent d’abandonner Hylas, un ami du héros. Furieux, le demi-dieu les tape si fort qu’il les change en vents. Les Grecs les qualifient de « prodromes« , c’est-à-dire de courants d’air nord-nord-est, annonciateurs de la canicule. Ils soufflent neuf jours avant le vent chaud estival.

Liaisons dangereuses

Épris de la beauté de la nymphe Pithys, Borée réitère le coup de l’enlèvement. Il charge Zéphyr de veiller sur elle. Ce dernier ne tarde pas à apprendre qu’elle voue tout son amour au dieu Pan et le souffle à son frère. Furieux, le Vent septentrional la projette du haut d’une montagne où elle attendait son bien-aimé. Elle finit transformée en pin.

Une fois n’est pas coutume, la fille d’Actarus, dieu-fleuve du Phase, déploie ses charmes métamorphiques pour séduire le dieu nordique. Tout à tour, elle adopte l’apparence de sa fille Chioné et de sa belle-sœur, la déesse Chloris. Borée l’emmène sur le mont Niphate, qui deviendra le Caucase, et s’unit à elle. Ce lieu sera surnommé « le lit de Borée« . Un enfant, tout aussi malicieux que sa mère, y voit le jour. Il est parfois mâle sous le nom d’Harpax et parfois femelle sous celui d’Hyrpacé.

Avec l’érinye (furie chez les Romains) Tilphousia, il engendre quatre chevaux (Aéthon, Phlogios, Conabos et Phobos) qui tirent le char d’Arès, dieu de la guerre.

Récapitulons les principales caractéristiques du dieu grec Borée

Borée-Tour-Vents
Reproduction de Borée sur la Tour des Vents
  • Fonction : Vent du Nord
  • Parenté : fils d’Astréos et d’Éos. Frère de Zéphyr, Euros, Notos, Sciron, Caecias, Lips, Aphéliothès
  • Descendance :
  • les Boréades (Calaïs et Zétès), Haemus, Cléopâtre, Chioné, avec Orithyie.
  • Les Hyperboréades et les nymphes Hécarge, Loxo et Oupis.
  • Harpax/Hyrpacé, avec la fille du dieu-fleuve Actarus.
  • Douze poulains immortels avec les juments d’Érichthonios.
  • Quatre chevaux (Aéthon, Phlogios, Conabos et Phobos), avec Tilphousia.
  • Attributs : paire d’ailes, barbe, conque des vents, manteau, brodequins.
  • Autres noms : Aquilon, en latin.
  • Fêtes : les Boréasmes.
  • Culte : Temple construit par les Athéniens, Tour des Vents.
  • Aujourd’hui : l’adjectif boréal fait référence au Nord. Les aquilons sont des vents froids et violents.

Sources :

  • Dictionnaire de la Mythologie grecque et latine de Gilles Lambert et Roland Harari, 2000.
  • Dictionnaire des Mythologies de Myriam Philibert, 1997.
  • Dictionnaire de l’Académie française.
  • Nouveau dictionnaire universel de Maurice La Châtre, 1865.
  • Dictionnaire abrégé de la Fable pour l’intelligence des poètes de Pierre Chompré, 1837.
  • Dictionnaire mythologique universel d’E. Jacobi, 1863.

Images :

  • Borée enlève Orithyie de Rubens, 1577.
  • La Naissance de Vénus de Sandro Botticelli, 1484.
  • Borée, cheval des vents, image provenant du jeu Equideow.
  • Phinée et les Boréades de Sebastianno Ricci, 1695.

 

Les Chats d’Ulthar

Les Chats d’Ulthar est le titre d’une nouvelle de H.P. Lovecraft, parue en 1926. Dans ce récit, les habitants d’Ulthar s’en tiennent à une règle : « aucun homme n’a le droit de tuer un chat ». En effet, les félins, guidés par la vengeance, se sont révélés redoutables. À travers cette histoire, l’auteur nous rappelle les différentes représentations du chat.

Chats-Ulthar
Chats d’Ulthar représentés par Frej Agelli

Mystérieux animaux de compagnie

Amour et Haine

À Ulthar, les chats vivent en harmonie avec les villageois. Seul un couple de vieux paysans les considère comme des indésirables. Les citoyens n’osent s’approcher de ces marginaux. Leur visage, creusé de rides terrifiantes, suffit à les en dissuader.

Dans leur chaumière, dissimulée sous des chênes centenaires, derrière une cour abandonnée, les deux étranges personnages piègent et tuent les animaux de compagnie de leurs voisins. Personne n’est prêt à leur porter accusation. Mieux vaut plutôt éviter que son compagnon à quatre pattes erre dans le coin.

Chat noir

Un jour, une caravane d’étrangers venue du sud s’installe dans le village. Les voyageurs à la peau sombre intriguent les habitants. Sur la place du marché, ils prédisent la bonne aventure et dépensent leur argent contre des colliers de verroterie.

Chat-Noir
Chat noir

Puis, ils réalisent de curieuses prières. Et que dire des étranges silhouettes peintes sur leurs roulottes ? On y voit des humains avec des têtes de béliers, de chats, de faucons ou encore de lions. D’ailleurs, le chef de cette expédition porte un bonnet décoré d’une paire de cornes et d’un cercle.

 

L’un d’eux, Ménès est un petit orphelin. Il se montre inséparable de son chaton noir. Mais au troisième matin, son ami disparaît. Les villageois lui parlent du couple isolé et de leur haine des félins. Alors l’enfant tend les bras vers le soleil et récite une prière. Bientôt, les nuages prennent de curieuses formes. Le soir venu, les vagabonds quittent Ulthar.

La malédiction des chats

Le lendemain matin, tous les chats demeurent introuvables. Kranon, le maire, accuse les voyageurs de les avoir enlevés pour venger la peine de Ménès. Pour Nith, le notaire, le couple haineux doit encore avoir joué un mauvais tour.

Le jour suivant, à l’aube, tous les familiers réapparaissent. Pendant deux jours, ils refusent de manger leur pâtée ou de boire leur soucoupe de lait. Une semaine plus tard, leurs maîtres se rendent compte que la chaumière des époux maléfiques reste plongée dans le noir.

Accompagné de Shang, le forgeron et de Thul, le tailleur de pierres, Kranon, non sans peur, va voir ce qui se passe dans la maisonnette. Il y trouve deux squelettes parfaitement nettoyés et un grand nombre de scarabées étranges qui grouillent à travers la pièce. Les animaux domestiques semblent s’être livrés à un terrible festin, de quoi être victime d’ailurophobie ! Depuis, plus personne n’a le droit de tuer un chat à Ulthar.

Découvrir d’autres histoires de chats maléfiques.

Représentations du chat

Animal sacré

Bastet-déesse-égyptienne-chatte
Bastet, déesse égyptienne à tête de chat

Dans son récit, Lovecraft, qui adorait les chats, rappelle leur nature divine. En Égypte ancienne, ils étaient l’égal d’un dieu. Ils passaient pour manger les chagrins et, après leur mort, bénéficiaient de l’honneur de la momification.

L’une des divinités les plus appréciées de ce peuple antique est Bastet. Elle présente les traits d’une chatte. Solaire, elle personnifie les bienfaits de l’astre lumineux.

Notons dans la nouvelle une référence au premier homme à avoir régné sur l’Égypte, Ménès. Le nom de Narmer, son prédécesseur lui est parfois attribué.

Cousin du lion

Si la déesse Bastet se montre de nature pacifique, elle garde en elle une autre personnalité, celle de Sekhmet. Cette dernière possède les caractéristiques d’une lionne et symbolise les ravages du Soleil. Violente, elle propage une puissance de feu destructif.

Lovecraft mentionne le chat comme roi de la jungle. En effet, il appartient à la même famille que le redoutable lion, celle des Félidés. Son caractère sauvage ne doit pas être oublié.

Sphinx
Le sphinx, monstre à corps de lion, parent du chat

Le sphinx est un autre de ses parents. Monstre à corps de lion et à tête humaine, il garde l’entrée des sanctuaires et représente le pharaon. Dans la mythologie grecque, la sphinge est son équivalent féminin et dévore les voyageurs incapables de résoudre ses énigmes. Lovecraft précise que la chat demeure plus ancien et plus sage que cette créature.

Compagnon des sorcières

Au Moyen Âge, les chats semblent se doter d’un autre aura, celle du diable. Ils assistent au Sabbat, assemblée nocturne des sorciers. Le démon aime, lui-même, prendre l’aspect d’un félin.

Croiser un chat noir porte malheur. D’ailleurs, notre couple de paysans ne survivra pas à sa rencontre avec celui de l’histoire de Lovecraft…

Découvrir l’univers de Lovecraft.

Le petit +

Ghost Towns : les Chats d’Ulthar est un jeu PC d’objets cachés édité par Big Fish Games.

« À votre arrivée dans la ville d’Ulthar, vous découvrez que le procès d’un garçon pour le meurtre d’un couple âgé se déroule. Sa sœur clame son innocence et vous demande d’en trouver les preuves avant que le verdict ne tombe ! Parcourez la ville à la recherche d’indices sur la disparition du vieux couple et la raison pour laquelle ils capturaient les chats de la ville. Tentez de sauver Ménès d’une condamnation injuste, et découvrez pourquoi les chats sont considérés comme sacrés à Ulthar. »

Récapitulons les principales caractéristiques des chats d’Ulthar

  • Lovecraft-Chats-Ulthar
    H.P. Lovecraft, auteur des Chats d’Ulthar.

    Fonctions : Animaux de compagnie, instruments de la vengeance de Ménès.

  • Apparition : en 1926, dans la nouvelle éponyme.
  • Créateur : H.P. Lovecraft.
  • Parenté : les déesses égyptiennes Bastet et Sekhmet, le lion (famille des Félidés), le sphinx.
  • Représentations : divinités, rois de la jungle, compagnons des sorcières.
  • Culte : animaux sacrés en Égypte antique et maléfiques au Moyen Âge.

Sources :

  • Dictionnaire du diable, des démons et sorciers de Pierre Ripert, 2012
  • Les Chats d’Ulthar (The Cats of Ulthar), nouvelle de H.P. Lovecraft, 1926
  • Dictionnaire Illustré des Arts Divinatoires de Thomas Decker, 1999
  • Dictionnaire des Mythologies de Myriam Philibert, 1998
  • Dictionnaire de la Mythologie grecque et latine de Gilles Lambert et Roland Harari, 2000.

Némésis : déesse de la justice distributive et de la vengeance divine

Déesse grecque de la justice distributive, Némésis personnifie peu à peu la vengeance divine. Ses origines remontent à la nuit des temps et ses visages se révèlent nombreux. De nos jours, elle demeure dans l’ombre, mais sa revanche plane sur notre monde.

Némésis-déesse-justice-distributive-vengeance-divine
Némésis, déesse grecque de la justice distributive et de la vengeance divine

Une divinité vengeresse

Racines ténébreuses

La naissance de Némésis survient peu après la création du monde. Du Chaos primordial ont émergé des forces primitives, dont Nyx, l’inquiétante entité de la nuit. La descendance de cette dernière impressionne, grâce à sa capacité à se reproduire seule. Ce procédé se nomme la parthénogenèse.

La déesse nocturne ne néglige pas pour autant le mélange avec d’autres puissances fondamentales. Ainsi, elle s’unit avec Océan, Titan de la vaste étendue d’eau qui encercle le monde. De cette alliance naît Némésis. Comme son père, son action couvre la terre entière. Comme sa mère, on la redoute.

La noire justicière évoluera dans le désordre originel du néant, puis dans celui des Titans. Le panthéon des Olympiens, mené par Zeus (Jupiter, en latin), leur roi, apportera l’ordre dans l’univers. Némésis y trouvera sa place, car elle présageait déjà un ensemble de règles.

Punitions et récompenses

À la différence de Thémis, Titanide de la justice divine, Némésis s’intéresse aux crimes impunis par la loi humaine. L’arrogance et l’ingratitude sont ainsi jugées. Qu’importe que le délit soit perpétré par un roi ou un paysan, tous subissent le courroux de la sombre déesse.

La ministre des représailles sanctionne, en particulier, les offenses commises par les enfants à l’encontre de leurs parents. Mais elle récompense les valeureux et incarne une justice distributive. L’ordre universel se maintient de cette façon.

Du haut des Cieux, elle épie les mortels. Ses sentences apparaissent sévères, mais équitables. Nul ne reste à l’abri de sa répression. Dans les mythologies grecques et romaines, d’autres créatures pourchassent les criminels : les Érinyes (ou Furies). Elles s’attachent spécifiquement aux crimes familiaux.

Attributs implacables

Debout sur son char, la divine revancharde pose l’index sur sa bouche pour évoquer le silence. Ses symboles, une paire d’ailes et la roue, traduisent le passage éclair de la Fortune dans ce monde. De plus, la roue figure le supplice des pécheurs. La corde incarne son châtiment. D’une main, elle brandit une lance qui exécute sa sentence ; dans l’autre, elle tient un miroir pour dévoiler le vrai visage des coupables.

griffon
Un griffon, compagnon de Némésis

Un cerf, figure d’une longue vie, lui sert de monture. Hybride entre le roi des oiseaux, l’aigle, et le maître des animaux, le lion, le griffon l’accompagne. Cet animal fabuleux reste également fidèle à Zeus et à Hélios, le dieu du Soleil. Les humains dédient à la redoutée Némésis l’oreille droite dont ils lui offrent la reproduction en argent. Le pommier demeure son arbre fétiche.

Pour le peuple des Étrusques, elle porte un diadème de pierres précieuses. Le narcisse la couronne aussi. Un voile dissimule son visage, métaphore de la vengeance impénétrable et de son intervention brutale chez les fauteurs qui se croient en paix.

 

Les multiples visages de la vengeance

Métamorphoses animales

Belle et mystérieuse, Némésis attire la convoitise de Zeus. Pour lui échapper, elle se transforme en castor, en poisson, puis en oie. À son tour, le seigneur de l’Olympe prend la forme d’un magnifique cygne et s’unit avec l’oiselle sauvage. Cet accouplement engendre la naissance de Tyché, dispensatrice de la chance et de la malchance. Au contraire de sa mère, elle distribue bienfaits et méfaits à l’aveugle.

Opportun, Zeus, sous l’apparence de l’oiseau majestueux, aperçoit la sublime reine de Sparte, Léda. Elle se baigne dans le fleuve Eurotas, situé dans la région de Laconie, en Péloponnèse. Le foudroyant immortel ordonne à la déesse de l’amour, Aphrodite (Vénus chez les Romains), de se changer en aigle et de le poursuivre. Le cygne se réfugie dans les bras de Léda et en profite pour la séduire. Neuf mois plus tard, elle accouchera de deux œufs. De l’un sortiront Pollux et Hélène, enfants de Zeus ; de l’autre apparaîtront Castor et Clytemnestre, descendants de Tyndare, le roi spartiate.

Reflets narcissiques

Avec son miroir, dénonciateur des coupables, Némésis va plus loin dans la punition de Narcisse, un garçon d’une beauté exceptionnelle. La vanité du jeune homme repousse toutes ses prétendantes. Après avoir été rejetée par l’éphèbe, l’Oréade (nymphe des montagnes et des grottes) Écho se laisse dépérir.

Narcisse-Némésis
Némésis punit Narcisse

Les sœurs de la malheureuse esseulée se plaignent auprès de la déesse de la vengeance qui amène le bourreau des cœurs à apercevoir son reflet dans une fontaine. Aussitôt, il tombe amoureux de son image et se noie pour la rejoindre. Chloris, maîtresse des fleurs, le change en une fleur blanche odorante, le narcisse. Depuis, une personne narcissique désigne un individu qui éprouve un amour excessif pour son image.

En savoir plus sur Chloris, nymphe de la flore

 

Surnoms de la justice punitive

La fatale Némésis se confond avec Adrastée, fille de Zeus et d’Anancé, la Nécessité aux mains de bronze. Selon les Égyptiens, cette furie juge les criminels du haut de la lune. Dotée d’ailes, elle abat sa fureur sur les mortels. Elle porte une couronne rehaussée d’une corne de cerf. Outre sa ressemblance, Némésis prend le nom d’Adrastée en raison d’Adraste, le premier à lui avoir dédié un temple.

Avec Thémis, elle partage le surnom d’Ichné, « qui marche sur les traces », car elle ne se trouve jamais loin derrière les pas des humains répréhensibles. Un autre de ses noms, Rhamnusia, se réfère à sa statue située à Rhamnus, cité de l’Attique.

L’héritage de Némésis

Statue controversée

La statue de Némésis à Rhamnus émerge d’un concours entre Agoracrite et Alcamène, disciples du sculpteur Phidias. Les Athéniens, sensibles à la beauté, désirent une vénus, statuette pleine de grâce, pour leur cité. Dès lors, Alcamène, originaire d’Athènes, s’attelle à sculpter une version d’Athéna (Minerve, en latin), protectrice divine de la ville. Agoracrite, lui, se tourne vers Aphrodite (qui porte d’ailleurs le nom romain de Vénus) pour servir de modèle.

vestiges-temple-Némésis-Rhamnus
Vestiges du temple de Némésis à Rhamnus

D’un seul bloc du plus marbre de Paros, île de la mer Égée et patrie d’Agoracrite, l’artiste crée une sculpture éblouissante. Mais le peuple lui préfère l’œuvre de son concurrent, enfant de la cité. Cette injustice se paie lorsque les habitants, subjugués par la représentation de la déesse de l’amour, veulent à tout prix la garder. Le perdant y consent à la condition que son travail ne soit pas exposé à Athènes. Pour marquer sa revanche, il modifie le visage d’Aphrodite par celui de Némésis. Les attributs deviennent une couronne surmontée de petites figures de cerfs et de victoires, et une branche de pommier tenue dans une main. La statue est placée à Rhamnus, autre cité de l’Attique. Face à sa grandeur, un temple se construit pour l’entourer.

À Rome, un autel est consacré à Némésis. Les guerriers, avant une bataille, lui immolent des victimes et lui offrent leur glaive. Les Némésées, fêtes funèbres, se célèbrent en son honneur, car elle veille sur les cadavres et punit ceux qui les souillent.

Sombre jumelle du Soleil

De nos jours, Némésis prête son nom à une étoile noire hypothétique. Elle serait dissimulée dans l’ombre du Soleil et orbiterait autour de lui. Tous les 26 millions d’années, l’astre maléfique provoquerait une catastrophe sur Terre lorsqu’il demeure au plus proche du Soleil.

En effet, une sphère de comètes, le nuage d’Oort, entoure notre système solaire. L’étoile sombre occasionnerait des perturbations gravitationnelles à l’origine de la chute de comètes sur la planète bleue. Cette théorie, émise dans les années 80 par Richard A. Muller, reste toujours une hypothèse.

En savoir plus sur l’étoile Némésis (en anglais)

Synthèse de l’article en français

Pire ennemie

Le mot « Némésis » signifie la fatalité. Dans la langue française, il devient synonyme de colère et de vengeance divine.

Un némésis s’emploie de plus en plus dans le langage courant comme la désignation de son pire ennemi. D’ailleurs, dans le jeu vidéo de survival-horror Resident Evil 3, le Nemesis est un monstre destiné à éliminer les S.T.A.R.S., unité spéciale de police, dont fait partie Jill Valentine, l’héroïne. Seul l’aspect vengeur de Némésis semble perdurer à notre époque.

 

Récapitulons les principales caractéristiques de la déesse grecque Némésis

attributs-déesse-Némésis
Lance, pomme, griffon, roue, font partis des symboles de la divinité
  • Fonctions : justice distributive et vengeance divine.
  • Étymologie : fatalité.
  • Parenté : Fille de Nyx, la Nuit, et du Titan Océan.
  • Descendance : Tyché, la Fortune, avec Zeus.
  • Attributs : paire d’ailes, roue, corde, lance, miroir révélateur, char, cerf, griffon, oreille droite, pommier, narcisse, voile.
  • Capacités : don de métamorphoses, révélation des vrais visages.
  • Autres noms : Adrastée, Ichné, Rhamnusia.
  • Fêtes : les Némésées.
  • Culte : statue et temple à Rhamnus.
  • Aujourd’hui : hypothétique sœur jumelle du Soleil, désignation de son pire ennemi.

 

Vous avez apprécié cette histoire ? N’hésitez pas à rejoindre le Royaume Bleu sur les réseaux sociaux et à laisser en commentaires vos impressions et envies d’articles.

Suivre le Royaume Bleu sur Facebook

Suivre le Royaume Bleu sur Twitter


Sources :

  • Dictionnaire de la mythologie grecque et latine de Gilles Lambert & Roland Harari, 2000
  • Dictionnaire de l’Académie française
  • Dictionnaire des Mythologies de Myriam Philibert, 1997
  • Cours de mythologie d’Alexandre Lefranc, 1829
  • Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Arts et des Métiers de Denis Diderot et Jean le Rond d’Alembert, 1772
  • Dictionnaire des Symboles de Jean Chevalier, 1969
  • Dictionnaire de la Fable ou Mythologie de François Noël, 1803
  • L’Univers et ses Mystères n°111 : Némésis, la jumelle maléfique du Soleil de Showshank films, 2013

 

La gargouille

Dégorgeoir par lequel s’évacue l’eau des gouttières, la gargouille, statue de pierre, orne les cathédrales. Pourquoi avoir choisi cette effigie monstrueuse ? Remontons en l’an 520, à Rouen, là où la vraie gargouille montre son museau pour la première fois…

gargouille

En plein Moyen Âge, un monstre volant surgit des eaux de la Seine. Ses yeux, rouges perçants, repèrent des passants. En plein vol, elle saisit les malheureux et les déchiquette. La gargouille effectue une entrée fracassante dans la ville de Rouen. Bientôt, une inondation menace la ville, car la créature volante crache des torrents de rage.

Alors qu’il escorte un criminel, Saint Romain, premier évêque de Rouen, aperçoit la gargouille. Il la suit jusque dans la caverne qu’elle s’est construite, au bord de la Seine. Sûr de sa foi, il effectue un signe de croix qui calme la bête. Mais cela reste bien trop dangereux de s’en approcher. Le détenu surgit et, pour se repentir de ses crimes, enchaîne la gargouille. Tous deux l’amènent sur la place publique où les diocésains, ne croyant pas en la rédemption du monstre, ordonnent de le brûler. Pour rappeler cette victoire, tous les ans, à Rouen, le jour de l’Ascension, un criminel obtient grâce.

Gargouille de Paris

Constatant que la gargouille, avant son exécution, s’est tournée vers Dieu, le diable maudit toute son espèce. Les gargouilles se réfugient sur les toits des édifices, comme sur la cathédrale Notre-Dame de Paris, et se pétrifient sous les rayons du soleil. Désormais, elles demeurent les gardiennes des édifices religieux. En évacuant l’eau des gouttières, elles purifient le lieu. Leur présence permet de chasser les mauvais esprits. Sous le silence de la nuit, elles redeviennent vivantes et s’envolent jusqu’à l’aube.

Le petit +

Le mot « gargouille » se compose de la racine « garg » qui signifie gorge et de l’ancien français « goule », c’est-à-dire gueule.


Sources :

  • Dictionnaire de l’Académie française
  • Dictionnaire des sciences occultes de Jacques Collin de Plancy, 1846
  • L’Encyclopédie de la fantasy de Judy Allen, 2006
  • L’Encyclopédie du Merveilleux : du bestiaire fantastique d’Édouard Brasey, 2006
  • Revue des traditions populaires, 1980

Crédits images :

  • La Gargouille sous la tempête de Darksouls1, sur Pixabay.
  • La Gargouille de Paris de Pexels, sur Pixabay.